dimanche 22 mars 2009

Sans dessus et sans dessous

« Chen Ke, Fire N°1, Hand-coloured on Black & White »

Les plus fidèles lecteurs de ce blog se rappellent sans doute le billet du 25 mai 2008 dans lequel je me plaignais de la manière cavalière avec laquelle les éditeurs français se sont mis à traiter les noms des auteurs chinois qu'ils font traduire et éditent : il s'intitulait « L'envers de l'endroit » et avait suscité d'intéressantes réactions. Celui-ci n'a pour unique vocation que de vous faire part de mon désarroi face à une nouvelle publication des Editions Philippe Picquier --- ce faisant, je romps le serment fait ici-même, de ne plus toucher à la littérature contemporaine, domaine qui m'est cruellement étranger ; je compte donc sur le savoir des plus avancés dans la matière pour combler mes béantes lacunes.

La source de mon émoi est la lecture d'une chronique de Marjorie Alessandrini sur Bibliobs. Mise en ligne le 20/03/09 sous le titre « Le parfum de la dame à la fleur de prunier », elle a pour objet (je cite) :
« Seul demeure son parfum » de Feng Hua. Traduit du chinois par Gilles Moraton et Li Huong (Editions Philippe Picquier).
Le premier paragraphe a particulièrement retenu mon attention. Le voici :
« Drôle de polar, qui nous vient de Chine. Et drôlement traduit, tout au moins pour les non-sinophones. Le récit, presque entièrement au passé composé, surprend d'abord, comme une maladresse, quand on attendrait plutôt le passé simple, ou même le présent. Et puis quand on a réussi à se couler dans ce roman noir et gris, en demi-teinte, on est emporté par le charme de ce policier mélancolique. Le temps composé donne à la narration un côté curieusement distancié qui s'avère tout à fait approprié à l'histoire et aux personnages, eux aussi décalés. »
Intrigué, je me suis aussitôt rendu sur le site de l'éditeur qui procure à l'occasion des extraits des ouvrages qu'il lance sur le marché ; en un clic, m'y voici. Mais, première déconvenue, l'ouvrage, pourtant paru en février, n'est déjà plus sur la page « Nouveautés ». Je me retrouve alors dans l'obligation de partir à sa recherche et démarre ma quête, quoi de plus logique ?, par le nom de l'auteur, ou ce que je crois pouvoir identifier comme tel, Feng, soit le relativement fréquent , ou les plus rares , ,,,et quelques autres. Mais, nouvelle surprise, pas de FENG Hua ! Seuls figurent, dans la liste des auteurs en « F », Alexander FRATER, Aude FIESCHI, FANG FANG, FURUI Yoshikichi, Maït FOULKES et Yveline FÉRAY. Que me réserve, de son côté, le « H » ? 16 noms dont « Feng HUA ». J'en déduis donc que Feng est le prénom de l'auteur, et son patronyme HUA, soit (pour s'en tenir aux plus courants) ou 化, 滑 ou encore 花. Ayant cliqué sur « Feng HUA », j'accède aussitôt à une page qui m'invite à un nouveau clic pour « En savoir + ». C'est justement ce que je désire.

Voici ce que je découvre :

Figure en regard de la couverture, la fiche descriptive reproduite ci-dessous qui donne la totalité, ou peu s'en faut, de l'appareil critique offert au lecteur pour l'achat de ….
Feng HUA
Seul demeure son parfum
Traduit par Gilles Moraton et Li Hong
Collection Chine
352 pages / 20,50 € / ISBN : 8097-0095-4

Dans une ville de Chine, un tueur frappe les femmes en toute impunité. Longtemps ces crimes conservent pour les enquêteurs leur épaisseur de mystère. Peu à peu, pourtant, grâce à l'esprit de déduction et à l'intuition de Pu Ke, le policier chargé de l'affaire, les indices se croisent et se resserrent autour d'un seul suspect. Pu Ke est aidé dans sa quête par Mi Duo, une jeune femme rencontrée chez des amis communs, et l'histoire de leur relation va se trouver intimement liée à celle du meurtrier. Car chacun porte en lui un secret, une part d'ombre inavouée, qui est comme une clé ouvrant une porte interdite débouchant sur l'horreur. Une plongée dans les profondeurs de l'âme humaine, qui est aussi une radioscopie aux rayons X des relations entre hommes et femmes dans la Chine d'aujourd'hui.
Sortie en février 2009
Je trouve aussi ce que je cherchais, savoir la possibilité de lire un extrait du livre. J'y parviens en un rien de temps, en chargeant un document pdf de 468 ko. Je suis dorénavant possesseur des 38 premières pages du livre, savoir deux chapitres et les deux pages qui les précèdent. M'y attend une autre surprise : le nom d'auteur y figure sous la forme « FENG Hua » et non comme noté sur la couverture « Feng HUA » !

Me voilà bien avancé ! Dès lors comment vais-je pouvoir identifier avec certitude l'auteur et trouver sur internet, ou par l'intermédiaire d'une librairie réelle ou en ligne, le texte original afin de me rendre compte, par moi-même, si les curieux choix de traduction relevés par la chroniqueuse sont ou non justifiés ? Si je sais dorénavant grâce à la page 2 qu'il a été publié pour la première fois en 2007 et en Chine par la « Jiangsu Art & Literary Publishing House » [sans doute : Jiangsu wenyi chubanshe 江苏文艺出版社], la transcription du titre - Ru xing sui xing -- lequel semble assez éloigné du titre sous lequel nous est fournie la traduction - , ne me permets pas vraiment de mener à son terme mon investigation ; de plus, je ne suis même pas en mesure de définir le sexe de l'auteur !

Et vous où en êtes-vous ? Savez-vous qui est l'auteur de Ru xing sui xing ? Un homme ? Une femme ? Quel est son NOM ? Son prénom ? FENG Hua ou HUA Feng ? ---- la présence des caractères quelque part aurait permis de lever toutes les incertitudes et de trancher en faveur d'une des 215 possibilités théoriques si l'on s'en tient au choix de caractères qu'offre un dictionnaire de la langue courante : 80 pour FENG Hua et 135 pour HUA Feng !

Si vous avez des lumières, merci d'éclairer ma lanterne imprudemment sortie dans le brouillard de l'édition française de littérature contemporaine chinoise. Li Hong et Gilles Moraton, les traducteurs, ont peut-être leur idée sur la question ? Chen Feng (ou bien est-ce Feng Chen ?), le directeur de publication aussi. SVP, chers éditeurs, ayez pitié de vos pauvres lecteurs. (P.K.)


1 commentaire:

Thomas POGU a dit…

Il doit s'agir de FENG Hua 冯华, dont le roman Ruxing suixing 如影随形 est accessible en ligne ici :

http://www.yifan.net:8080/novels/zhentan/fenghuazp/ruyingxiangsui/ruyingxiangsui.html

Pour le sexe de l'auteur, je n'en sais pas plus...