lundi 26 novembre 2007

Super Toby

Encore un billet au titre douteux ! Mais, ne m'en veuillez pas, je n'ai pu résister : mettez cela sur le compte d'une privation d'université pendant de longues semaines sans date de réouverture annoncée. Ce titre est en fait le condensé de celui d'un billet de Danwei (et oui encore !) intitulé « Super-agent Toby Eady on the importance of agents for Chinese authors » (24/11/07) qui donne la parole à M. Toby Eady que Jeremy Goldkorn présente ainsi : « Guest contributor Toby Eady is a London-based literary agent who represents Jung Chang [Zhang Rong 張戎 (1952-)] (Wild Swans [Three Daughters of China, 1991]) and Xinran Xue (The Good Women of China).» C'est aussi, peut-on ajouter, le fils de la romancière Mary Westley (1912-2002).

Voici donc les meilleurs moments de ce plaidoyer en faveur de l’exclusivité de l’agent littéraire en milieu chinois [c'est moi qui souligne] :

Chinese Authors – beware when fools rush in.
« I have a Chinese author whose work I and everyone at my agency all admire tremendously. Over the course of four years, after countless rejections from commercial publishers, we persuaded a respected university press in the US to buy the book and pay for a top translator. That process took meetings in New York, Frankfurt and in Beijing with the author. On the back of this, Penguin US bought the paperback rights and will distribute throughout the world. The book had recently sold to a very good publisher in France and Italy. We were beginning to get the right sort of reviews, attention and interest. And then I found out the author had been approached by a new literary agency based in Hong Kong and persuaded to sign a contract with them to represent his new novel. »
« From having worked with Chinese authors for the last twenty years, I know that publishing culture is different in China. It is a sign of success to have five different publishers and of failure to have one. In China there are many different cities with their own publishing house. In the West, the most important thing is
continuity; an author who is shopping around, changing publishers, agents is either a « celebrity » or an author who will soon be without a publisher.
For a publisher in the west to make a success of a Chinese author they have to find the right translator – not all translators are suitable for an author’s style.
To edit a translation takes time – at least 6-8 months, in many cases years - and a fine eye and ear and the time to use them. There are very few corporate publishers who can offer that.
To most Western publisher - and agents- all of this time, travel and energy would not be worthwhile. So a Chinese author has to find an agent who has the experience to give your book that attention, put that work in: find you a top translator and a publisher who believes in continuity and understands how to publish Chinese authors and there are precious few of those about, with honourable exceptions. Always remember, it is a relatively small market: translation makes up
5% of most publisher’s lists. Most translations into English sell more copies in Australia, Canada than England and certainly more than the US, with certain high-profile exceptions. (...)
Publishing in the west – like driving – can be frustratingly slow for the Chinese. But if you are translated properly, published intelligently you can sell in up to thirty languages, earn money over years from royalties that you never imagined. If not, you will sink with little trace. (...) ... having two agents representing one author might cause confusion. This makes me worry a great deal for the future of authors who sign up with these new agencies that have sprung up. Their attitude is evidence of dangerous clash of publishing cultures. Most of us publishing in the west know each other and know the dangers I’ve outlined. No publisher wants, or is happy to buy and give their time to an author who is being shopped around by different agents. What they want is continuity and authors would be wise to want it too. » [Pour l'arti
cle entier, voir ici]
Vous aurez noté avec satisfaction que Toby Eady conçoit que le temps est un des éléments majeurs à prendre en considération pour obtenir une bonne traduction et devrez également apprécier ce qu’il a dit dans un article de CNN.com :
« Time is the greatest and most imposing factor, » Eady says. « In order to get a book published you have to be ready for it to take three years. » Preparing a manuscript for publication leads to the inevitable « Westernizing » of a Chinese work, he says. Chinese is a « pictorial » language, structured differently from Western languages, Eady says. « It's a completely different way of thinking. Inevitably, some minor alterations will be made. » Additionally, there are few translators available to publishing houses who can provide top-level, nuanced translation, Eady says. « Most are young and underpaid. »
Il n'en fallait pas plus pour renforcer ma sympathie et aiguiser ma curiosité : dans un premier temps, je me suis demandé qui était l'auteur dont il est question dans le paragraphe liminaire de son intervention ? A cette question, je n'ai pas de réponse définitive : le commentaire posté par Fritz (le 24/11/07 à 12:03PM) pourrait mettre sur une piste ; je le cite : « Is Mr. Eady's client the one that wrote the chairman bio ? » Dans ce cas ce serait Zhang Rong/Jung Chang co-auteur avec Jon Halliday de Mao. The Unknown Story (2005). Mais ce pourrait tout aussi bien être Zhu Wen un des auteurs de Toby Eady dont une œuvre a été publiée par les Presses de l'Université Columbia. Mais il ne s'agit là que de conjectures. Si vous avez des lumières, merci de nous en faire profiter.

Par acquis de conscience, je me suis rendu sur le site de Toby Eady Associates pour voir qui sont leurs auteurs chinois. La page d'accueil indique que la société a été créée en 1968, et elle en fournit la philosophie : « As a smaller, more personal agency we believe that books should be published with commitment, passion and imagination. We are looking for stories that demand to be heard. » Mais, alors que je m’attentais, et vous aussi sans doute, à trouver une longue liste d’auteurs chinois, le site n’en propose que trois (voir ici) ! Les voici :

Trois clichés du Weiminghu (Université de Beijing) pris en septembre 2006.

Diane Wei Liang

« [She] was born in Beijing. She spent part of her childhood with her parents in a labour camp in a remote region of China, and the other part in Beijing with her mother when her parents were forced to live and work in different cities. She studied psychology at Peking University. In 1989 she took part in the Student Democracy Movement and was in Tianamen Square. Later that year, she left China for the USA. Diane has a Ph.D in Business Administration from Carnegie Mellon University and was a business professor in the USA and UK for over ten years. » Elle vit maintenant à Londres avec son mari et ses deux enfants. Son premier roman a été publié en 2003. C'est Lake With No Name qui a été traduit de l'anglais par Elise Argaud, sous le titre Les Amants de Tiananmen sortis dans la collection « Regards croisés » aux Edition de l'Aube (2006, 368 p.) qui le présentent ainsi :
« Lentement, la place Tiananmen se déploya devant nous comme un vieux livre de contes de fées. Au nord, la magnifique porte de la Paix céleste (Tiananmen) surplombe la place dans sa splendeur pourpre et or. […] Plusieurs milliers de gens devaient y déambuler, mais la place me paraissait déserte. Dans mes souvenirs, tout était différent : sept ans plus tôt, cet endroit avait été un champ de bataille envahi par de jeunes Chinois avec du sang sur la chemise, sur le bandeau et dans les yeux. Les drapeaux flottaient au vent. Où étaient passés tous ces jeunes gens de dix-huit ans, où étaient-ils à présent ? »
Le 4 juin 1989, à Pékin, les chars entrent sur la place Tiananmen – et les jeunes rêves de démocratie et de liberté basculent, en même temps que la vie de Wei, une jolie étudiante promise à un bel avenir. Elle se réfugie aux États-Unis où elle a obtenu une bourse, cœur et espoirs brisés.
Sept ans après, Wei rentre à Pékin, prête à retrouver parents, amis et amours…, et nous confie un roman passionnant, tant par l’Histoire que par son histoire. »
The Eye of Jade (2007), le dernier roman de Diane Wei Liang, dont je n'ai pas réussi à identifier le nom chinois, devrait voir le jour cette année aux Editions Robert Laffont. Peut-être en reparlera-t-on ?


Zhu Wen

D'un an le cadet de Diane Wei Liang , Zhu Wen est quant à lui du Fujian et diplômé de l'Université de Nanjing en 1989. « From 1989 to 1994 he worked as an engineer in a thermal power plant, during which time he began writing fiction. Since he became a full-time writer in 1994, his work has been published in many of Mainland China's most prestigious literary magazines, and he has produced several poetry and short story collections, a full-length novel and three films. Over the course of his writing career, Zhu Wen has established himself as a pivotal figure in Post-Mao Chinese literature, to whom other authors of his and younger generations look for inspiration. His success in recreating on the page the brutal absurdities of contemporary China has turned him into a representative voice of the 1990s and beyond. »

I Love Dollars and other Stories in China (trad. et préface par Julia Lovell) a été publié par les Columbia University Press en 2007. Un excellent compte rendu en a été donné par Sébastian Veg dans le n° 98 de Perspectives chinoises ; il est disponible en ligne ici et s'achève ainsi :
« Notre hypothèse est que Zhu Wen, au-delà du cynisme de ses narrateurs, cherche à développer une critique de la société de consommation qui ne soit pas simplement moralisante – un positionnement qu’il a le mérite de ne jamais adopter. Tout en soulignant la liberté relative, en particulier dans la vie individuelle, qu’a permis la libéralisation économique, il montre l’écrasement des individus sous une multiplicité de structures de pouvoir, dont l’unité de travail socialiste continue à faire partie, mais qui englobent aussi la structure familiale traditionnelle, et la violence économique du capitalisme débridé. L’humour et l’ironie des narrateurs donnent corps à cette résistance diffuse qui, si elle comporte une part de cynisme, ne se réduit pas à une posture. En somme, l’édition opportune de ce recueil, servie par une excellente traduction, nous permet d’entendre la voix d’un écrivain et réalisateur novateur, qui contribue à construire le monde littéraire chinois actuel. »

Wu Fan 吴帆

« Fan Wu grew up on a farm in southern China, where her parents were exiled during the Cultural Revolution. she moved to the United States in 1997 to study at Stanford University and began to write in 2002. (...) She lives and works as a web editor in California. She writes in both English and Chinese and is working on a second novel and a short story collection. » Son premier roman, February Flowers (2006) devrait voir prochainement le jour en traduction chez Philippe Picquier. Une visite à son site (ici) vous permettra de mieux faire connaissance avec cette auteur qui vit à San Jose en Californie et travaille dans l'édition de sites internet. On y trouve notamment des jugements très enthousiastes sur ses écrits (ici), dont celui-ci sur February Flowers signé par Xinran :
« An original and unforgettable story. Just like the flowers referred to in the title, Fan Wu's novel is brimming with passion, vitality, and hope. The girls in this book are the daughters and granddaughters of The Good Women of China, and are products of the society both modern, expansive, and communistically introvert. »


Justement un mot sur (Xue)
Xinran 欣然 (1958-), journaliste-écrivain et âme de l'association « The Mothers’Bridge of Love ». Elle est connue en France pour ce The Good Women of China, qui est devenu Chinoises dans la traduction de Marie-Odile Probst (Picquier, 2003) et Funérailles célestes traduit de l'anglais par Maïa Bhaâratî (Picquier, 2005). On peut encore lire (ici) une interview réalisée le 13 mars 2005 par Emmanuel Deslouis pour le site Eurasie. Son dernier livre, Miss Chopsticks devrait sortir en français sous le titre Baguettes chinoises (début 2008). Dans un article du Guardian (13/07/2002), où Xinran est chroniqueuse, Angela Lambert citait Jung Chang : « When [Xinran] told me her stories I found them so interesting that I introduced her to my agent, Toby Eady. » Elle en est devenue l'épouse.

Pour en revenir à Toby Eady, on apprend ailleurs, qu'il est aussi l'agent de Ma Jian 馬健 (1953-), auteur bien connu des Français grâce à cinq traductions. La dernière en date étant ce bol de Nouilles chinoises traduit par Constance de Saint-Mont (Flammarion, 2006). Certains d’entre vous y ont-ils trempé les lèvres ?

Ceci dit, que penser des choix de Toby Eady qui semblent faire la part belle à des auteurs chinois, qui, mis à part Zhu Wen, vivent tous en dehors de Chine dans un environnement anglo-saxon et écrivent tout ou partie de leur œuvre en langue anglaise ? (P.K.)

P.S. : De son côté, Ha Jin 哈金
[Jin Xuefei 金雪飞 (1956-)], présent dans nos librairies avec quatre titres déjà, a les honneurs du Sunday Book Review (25/11/07) du New York Times pour son nouveau roman écrit en anglais, A Free Life (Pantheon Books, 660 p.), dont on peut découvrir le premier chapitre ici [Ajout du 30/11 : Rebelote dans The New Yorker daté du 3 décembre avec rien de moins qu'un long compte rendu signé John Updike (1932-) qu'on lira ici.] Le spécialiste de littérature chinoise ne peut donc plus se contenter du chinois pour embrasser la création littéraire chinoise de notre début de siècle. Mais jusqu'à quand ces auteurs chinois-là - on peut, entre autres, ajouter dans cette liste les noms de Qiu Xiaolong et d'Amy Tan, déjà évoqués sur ce blog (voir ici) - seront-ils considérés comme des auteurs chinois ? La blague des Two Stupid chickens reproduite plus haut exprime très bien, me semble-t-il, la perplexité dans laquelle nous plongent ces questions. (P.K.)

Ajout du 12/12 : On lira avec grand plaisir et attention le billet que Bertrand Mialaret a consacré au dernier opus de Ha Jin sur Rue89.com :
« Le premier roman "américain" du "chinois" Ha Jin » (11/12/07), voir ici.

2 commentaires:

L.C.T. a dit…

Je voudrais vous faire profiter, avec l'accord de son auteur, que je remercie chaleureusement, de réactions suscitées par ce billet :

"J'aime beaucoup votre blog que je trouve remarquable, mais je m'interroge sur vos remarques concernant Ha Jin. « Mais jusqu'à quand ces auteurs chinois-là...seront ils considérés comme des auteurs chinois ? »
La question est intéressante et mériterait d'être développée sur votre blog.
Ha Jin n'est il pas Chinois parce qu'il écrit en anglais ? Son début de parcours par l'ALP est proche de celui de Mo Yan, toutes les références de ses livres sont chinoises ; je ne sais pour le dernier ouvrage que je dois recevoir prochainement.
Gao est-il Français parce qu'il écrit quelques textes en français ? Cela me fait penser aux contorsions de certains commentateurs dont B. Pivot, quand Gao obtint le prix Nobel ; on voulait faire croire au bon peuple qu'un écrivain français venait de recevoir le Nobel !!
Que vous soyez irrités par certains produits de marketing littéraire que vous citez, je le comprend fort bien ; mais l'essentiel n'est pas le passeport mais les références culturelles. La langue, aussi bien sûr, mais la langue dans laquelle on est confortable pour écrire et que l'on a choisie quelque soient les raisons (souvent économiques ?) de ce choix.
Parfois, on souhaiterait que les auteurs s'expriment dans leur langue maternelle et soient bien traduits.
Je ne suis pas convaincu par les qualités de style en français et en anglais d'auteurs que je trouve intéressants à savoir par exemple Dai Sijie et Xinran, mais c'est leur choix.
Un billet bien trop court pour un problème à mon sens important. Ne faites pas de « sinocentrisme », je plaisante... Il y a beaucoup d'auteurs chinois intéressants dans la diaspora et dont on ne parle pas, par exemple le malaisien chinois Tash Aw...
Bien à vous." Bertrand Mialaret (29/11/07)

Voici une partie de ma réponse :

"Je ne veux pourtant pas évacuer la question sur les limites à mettre dans l'évaluation de la sinitude des auteurs déplacés, dont on gagnerait à dresser un inventaire, mais on ne devrait pouvoir l'évaluer qu'au cas par cas, parcours par parcours.
Il me semble néanmoins, que ces auteurs ne s'expriment plus de la même manière avant et après leur départ de Chine. Il ne s'agit pas seulement du fait indéniable qu'ils ont gagné une plus grande "liberté d'expression", mais qu'ils sont confrontés, plongés et, partie prenante, d'un univers littéraire et culturel tout autre. Je ne parle même pas du problème de la langue.

Vous avez raison le problème est immense : il faudra y revenir !"

Dans un autre courrier, Bertrand Mialaret, chroniqueur "passionné de Chine" sur Rue89.com, ajoutait :

"C'est vrai qu'il peut y avoir un avant et un après mais les raisons du départ et le type de vie à l'étranger varient beaucoup selon les auteurs. De plus, sans être compétent dans ce domaine, je suis frappé par l'évolution du statut et de l'image des écrivains en Chine : le rôle des agents, l'impact des droits (la liste des auteurs selon leurs gains est bien intéressante). Bien à vous." Bertrand Mialaret (29/11/07)

On le voit à travers cet échange informel, une foule de sujets en rapport avec la création littéraire chinoise contemporaine mérite des développements ou reste à creuser. Je m'efforcerai pour ma part de fournir aux curieux désireux d'explorer ce front, des éléments d'analyse pris dans l'actualité. Voir justement à ce sujet et sur ce blog, le thème du colloque sur Gao Xingjian qui se tiendra à Hong Kong en mai 2008. (P.K.)

Anonyme a dit…

Une autre question intéressante est la suivante : Pour qui les auteurs chinois qui publient à l'étranger écrivent-ils ? Est-ce que certains d'entre eux n'ont pas tendance à écrire pour un certain public friand d'exotisme ?
Il va falloir revenir sur toutes ces questions.