vendredi 11 mai 2007

La Pléiade à Aix

Les 24-25-26 mai 2007 va se tenir à la Cité du Livre d'Aix en Provence, un colloque international intitulé « La Pléiade » bibliothèque, institution, musée imaginaire. Il est co-organisé par l’Equipe ORLAC (Observatoire de Recherche sur la Littérature contemporaine et actuelle, Université de Provence) et le CRAL (Centre de Recherches sur les Arts et le Langage, CNRS). Il « tentera de cerner la place tout à fait singulière qu’occupe la « Bibliothèque de la Pléiade » dans l’édition. Conçue comme une bibliothèque imaginaire idéale par Jacques Schiffrin, la construction de la collection ne cesse de poser la question de la valeur littéraire. Cette valeur et le musée imaginaire qu’elle contribue à instituer voudraient échapper au temps ou du moins statuer pour la postérité ; or une collection, élément d’une politique éditoriale en constante adaptation, se doit d’évoluer. La « Bibliothèque de la Pléiade » porte ainsi trace et témoignage des conceptions successives de l'œuvre littéraire et, simultanément, des conceptions de l’édition critique et de ses mutations. »

Pour plus de détails, il faut consulter le programme ici, ici ou ici. A noter la communication de Jean-Pierre Lefebvre (ENS, Paris), « Traduire sur papier bible ». Peut-être sera-t-il question de la place (modeste) de la littérature asiatique dans cette prestigieuse collection dont le catalogue est consultable sur le site des Editions Gallimard.

Pour ce qui concerne la littérature chinoise, cette collection propose en tout et pour tout sept titres dont les deux volumes baptisés Philosophes taoïstes publiés respectivement en 1980 et en 2003 :
- No 283. TOME I : Lao-tseu : Tao-Tö King. Tchouang-tseu : L'Œuvre complète. Lie-tseu : Le Vrai classique du vide parfait. Traductions du chinois par Benedykt Grynpas et Liou Kia-hway. Textes relus par Paul Demiéville, Étiemble et Max Kaltenmark. Avant-propos, préface et bibliographie par Étiemble.

- No 494. TOME II : Huainan zi 淮南子. Édition publiée sous la direction de Charles Le Blanc et Rémi Mathieu, trad. du chinois par Bai Gang, Anne Cheng, Charles Le Blanc, Jean Levi, Jean Marchand, Rémi Mathieu, Nathalie Pham-Miclot et Chantal Zheng.
Pour ce qui est de la littérature de fiction, on a eu droit, en moins de vingt ans, à cinq œuvres majeures de la production romanesque chinoise en langue vulgaire :
1978 : Luo Guan-Zhong 羅貫中, Shi Nai-an 施耐庵, Au bord de l'eau, Shui-hu-zhuan 水滸傳, traduit du chinois par Jacques Dars, avec un avant-propos de Étiemble. Egalement disponible en collection « Folio ».

1981
: Cao Xueqin 曹雪芹, Le Rêve dans le pavillon rouge. Hongloumeng 紅樓夢, traduit du chinois par Jacqueline Alézaïs et Li Tche-houa et révisé par André d' Hormon.

1985
: Jin Ping Mei 金瓶梅, Fleur en Fiole d'Or, traduit du chinois par André Lévy, préface de Étiemble. Egalement disponible en collection « Folio ».

1991 : Wu Cheng'en 吳承恩, La Pérégrination vers l'ouest. Xiyou ji 西游記, traduit du chinois par André Lévy.

1996 : Spectacles curieux d'aujourd'hui et d'autrefois. Jingu qiguan 今古奇觀. Contes chinois des Ming, traduits du chinois par Rainier Lanselle.
En soit remercié Etiemble (1909-2002) à qui l'on doit également la création, en 1956, de la collection « Connaissance de l'Orient ».

2 commentaires:

ebolavir a dit…

Il manque à la Pléiade une traduction des Mémoires Historiques de Sima Qian. La seule édition disponible à ma connaissance est un livre de poche de morceaux choisis (biographies) chez Picquier, ISBN 2877306119. Et pourquoi le passage en Folio tarde-t-il tant pour Rève dans le Pavillon Rouge? Il n'y a pas de concurrence; ceux qui peuvent payer 100 euros la belle édition n'achèteront pas l'édition pauvre (20 euros quand même). En Chine on trouve une bonne édition pour 4 ou 5 euros. Dommage que je ne lise pas encore couramment le chinois.

L.C.T. a dit…

Ebolavir a raison. Il manque une traduction intégrale du Shiji, mais pas seulement. Bien d'autres œuvres attendent encore d'être traduites, et certaines retraduites ! J'y reviendrai dans un prochain billet.
PK.